photo

LE TRICOLORE INTÉRESSÉ PAR LAFRENIÈRE?

Attentif vendredi soir, le dépisteur en chef du Tricolore, Trevor Timmins, a sursauté lorsqu'il a constaté que le premier choix au repêchage appartiendra à l'une des huit équipes éliminées lors du premier tour de la nouvelle mouture de ces séries éliminatoires 2020. Il a même profité de l'occasion pour passer en entrevue un joueur qui n'aurait jamais pensé repêcher il y a trois mois.



Le journaliste de la chaîne TVA Sports, Louis Jean, a confirmé que le Tricolore avait eu un entretien téléphonique, lundi, avec la super vedette de l'Océanic de Rimouski, Alexis Lafrenière.


« Il a été très professionnel, très impressionnant, un vrai pro », aurait mentionné l'un des membres de l'organisation au journaliste de TVA Sports.

Avant de se réjouir, il faudrait que le Tricolore se fasse éliminer d'entrée de jeu face aux Penguins de Pittsburgh. L'équipe championne de la Coupe Stanley en 2016 et 2017 représente une lourde commande pour les Canadiens de Montréal. Toutefois, les Canadiens nous ont habitué par le passé à offrir des performances surprenantes quand on s'attendait à ce qu'il baisse pavillon.

Advenant une défaite de l'organisation montréalaise, celle-ci aurait une chance sur huit de mettre la main sur le premier choix de l'encan amateur. Ce maigre 12,5 % pourrait toutefois créer un émoi dans la Belle Province. Les partisans du hockey rêvent d'un joueur de talent québécois depuis Stéphane Richer et Vincent Damphousse.

Il y a environ une semaine, Martin Lapointe avait confié que le potentiel premier choix du prochain encan amateur valait le détour.

« Alexis est un joueur exceptionnel, avait-il indiqué. Il se démarque de tous les autres. C’est pour ça qu'il va être le premier choix au repêchage. Il joue dans les deux sens de la patinoire, c’est un gars qui est très combatif et il peut faire des jeux à partir de rien. Il a une vision du jeu exceptionnelle, son "QI hockey" est "off the charts". Pour nous, c’est un joueur complet, c’est un joueur de concession. »

Même si Lafrenière risque d'être repêché au premier rang après les séries éliminatoires, l'attaquant québécois pourrait évoluer ailleurs que dans la LNH cet automne. Comme les joueurs de la LNH risquent de prendre une pause avant d'entamer une nouvelle saison, le numéro 11 de l'Océanic de Rimouski a trois options sur la table.

Premier choix : il pourrait poursuivre sa mise en forme et prendre part au camp d'entraînement du club de la LNH qui l'aura repêché après les séries.

Deuxième choix : jouer en Suisse ou dans une ligue de première division en Europe afin de peaufiner son jeu avec des hommes. C'est exactement ce que l'Américain Auston Matthews avait fait il y a quelques campagnes. Le gros gaillard avait pris le chemin de Zurich pour évoluer avec des hommes. Dès son entrée dans la LNH, on le sentait prêt. Lafrenière pourrait être tenté par la Suisse, mais il n'exclut pas la Suède ou la Finlande. Toutefois, il y a plusieurs raisons qui font en sorte que cette option s'avère la moins probable. D'abord, rien ne garantit un retour au jeu en Europe. Les équipes seront réticentes à héberger des joueurs provenant du Québec, la province avec le pire bilan au Canada. Les risques de blessures pourraient bousiller son entrée dans la LNH et, en plus, cela pourrait créer des frictions avec sa nouvelle équipe dans la LNH.

Troisième choix : il pourrait retourner poursuivre son stage junior avec la formation de l'Océanic de Rimouski. Il y a des défenseurs qui pleurent déjà à cette idée! À sa troisième campagne dans la LHJMQ l'an dernier, il a inscrit 35 filets et 112 points en seulement 53 parties de saison régulière, soit plus de deux points par rencontre. Il a été annoncé comme le meilleur joueur de la LHJMQ. Faites seulement imaginer une autre campagne dans l'uniforme de l'Océanic de Rimouski!

Reste à voir quel choix risque de se concrétiser...
MOJUMBO
30 JUIN 2020  (10H03)