photo

LE CH A DEUX BELLES POSSIBILITÉS DEVANT LUI

Il y a deux jours, nous avons eu droit à un évènement qui passera à l'histoire. Le tout premier choix au repêchage est allé à une équipe inconnue qui sera déterminée à l'issue d'un tirage à la fin de la ronde donnant accès aux éliminatoires. Il n'en fallait pas plus pour que les partisans du Tricolore commencent à penser, voire rêver, à Alexis Lafrenière. Des montages photos et un clip vidéo du joueur de l'Océanic et d'Alexander Romanov se serrant la main ont fait le tour du web. Maintenant que l'eau a coulé sous les ponts, analysons pourquoi cette situation est positive pour le CH peu importe le résultat du duel contre les Penguins.



Hier, nous avons abordé les conclusions de la loterie de la LNH pour le Tricolore (lire l'article ici). En gros, le CH, en cas de défaite, aurait 12,5% des chances de repêcher Alexis Lafrenière et 87,5% de repêcher au 9e rang. Considérant que le repêchage est considéré comme exceptionnel cette année, le Tricolore pourrait se retrouver avec un excellent espoir qui pourrait rendre de fiers services à l'équipe dans quelques années ou même immédiatement. Advenant une victoire contre Crosby et sa bande, Marc Bergevin n'aurait qu'un choix entre la 16e et la 31e sélection, tout dépendant du parcours de sa formation en séries éliminatoires.

Le positif en cas de défaite

Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver du positif dans une défaite face aux Penguins. C'est rare que dans le monde du sport, quand une équipe bataille pour la coupe, on voit du bon dans un revers. Normalement, quand ce scénario se réalise dans la LNH, une formation se prépare pour un repêchage d'un joueur entre la 10e et la 20e position, mais jamais pense-t-on au premier choix. Incroyable mais vrai, le CH pourrait remporter Alexis Lafrenière et faire rêver des millions de partisans à un québécois qui aiderait l'équipe de son enfance à remporter une première Coupe Stanley depuis des décénnies. Ce scénario, étant uniquement possible en cas défaite, est grandement souhaité par plusieurs.

Cependant, comme mentionné dans un article il y a un mois, il est impossible de demander à des athlètes professionnels de perdre. Imaginez-vous Claude Julien demander à Gallagher, Price et Weber de jouer à 50 % pour avoir une chance de repêcher un bon joueur, c'est impossible. C'est l'opinion partagée par les Oilers d'Edmonton et le Wild du Minnesota, qui ont affirmé aujourd'hui qu'il est hors de question de même penser à perdre pour gagner la loterie Alexis Lafrenière. Parions que le Tricolore donnera tout ce qu'il aura pour venir à bout des Penguins.

Le positif en cas de victoire

Maintenant, analysons le positif dans la victoire, la raison de cet article. Incroyable mais vrai, pour plusieurs partisans montréalais, il est difficile de trouver du positif dans une potentielle victoire dans la série contre Pittsburgh. Pourtant, il y en a directement sous nos yeux et ça se résume en quatre mots : des victoires en séries. Deux de suite, trois en quatre ans. C'est le nombre d'années que le Tricolore a raté la valse printanière dans les dernières années. Il fût un temps où la seule question que l'on se posait c'était : quel sera l'adversaire de la Sainte-Flanelle en première ronde? Maintenant, c'est plutôt : est-ce que le CH fera les séries?

Où est passée cette soif de victoire, de vaincre? Quand les partisans sont-ils devenus des tolérants de défaites année après année? Depuis quand leur seul souhait est celui de perdre?

Une long parcours en séries ferait extrêmement du bien aux partisans et à la ville de Montréal, une ville qui cherche quelque chose à célébrer. L'Impact, les Alouettes et le Tricolore ont donné bien peu de raisons aux partisans de croire aux grands honneurs dans les dernières années. La pandémie a également frappé fort et plusieurs personnes trouvent leur réconfort en écoutant un match entre amis. En gagnant une ou deux rondes, le CH permettrait aux gens de se lever, de crier des buts et surtout ressentir encore une fois la passion et le plaisir de la victoire.

Il faut demeurer réaliste, le CH n'a pas encore tout ce qu'il faut pour gagner une Coupe Stanley, mais les nombreux jeunes de l'équipe n'ont jamais vécu l'expérience des séries éliminatoires. Ce serait extrêmement bénéfique pour Suzuki, Poehling, Koktaniemi, Fleury et Primeau notamment et cela leur donnerait le goût se battre à chaque année pour y retourner. C'est bien beau accumuler les jeunes joueurs prometteurs, mais pour grandir, ça ne prend pas juste des défaites. Il n'y a rien de mieux que de se développer dans une culture gagnante pour acquérir une bonne expérience et l'utiliser dans des moments plus difficiles.

Quand l'annonce du choix mystère a été faite par Bill Daly vendredi, les médias et partisans ont tout de suite penché du côté de la défaite. Cependant, il y a deux côtés à la médaille et ça, bien peu de gens le réalisent. Mieux que ça, les Canadiens sont gagnants peu importe l'issue de la série contre Pittsburgh, chose qui arrive bien peu souvent dans le monde du sport

De quel côté penchez-vous? À vous de trancher...
MOJUMBO
29 JUIN 2020  (11H03)